Accueil»Non classé»Les spécificités du bilan de compétences si vous êtes en situation de handicap

Les spécificités du bilan de compétences si vous êtes en situation de handicap

BILAN DE COMPÉTENCES ET HANDICAP

Une personne handicapée peut être amenée au cours de sa carrière à réaliser un bilan de compétences afin de réfléchir sur sa situation et ses possibilités d’évolution au regard de son handicap.
Elle devra alors s’assurer de choisir un centre de bilan de compétences qui sache prendre en compte la spécificité de son handicap, tant dans les modalités de mise en œuvre du bilan que dans l’aide à la définition de son projet professionnel, qui doit prendre en considération ses contraintes particulières.
Cela ne signifie pas que le travailleur handicapé doive obligatoirement se tourner vers une structure spécialisée. Dans de nombreux cas au contraire, le choix d’un prestataire tout public peut se révéler plus fertile.
Quelle que soit l’option choisie, la personne handicapée a la possibilité de solliciter des financements dédiés via l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH).

 

Bilan de compétences : Prenez du recul et donnez un nouvel élan à votre parcours professionnel
Bilan de compétences :
Prenez du recul et donnez un nouvel élan à votre parcours professionnel

Les spécificités du bilan de compétences de la personne handicapée

La question de savoir si l’on doit parler d’un « handi-bilan » a parfois été posée. La notion ne se révèle pourtant pas toujours pertinente. Si le bilan de compétences de la personne handicapée doit prendre en compte des éléments spécifiques, il reste dans sa structure et son déroulement le même pour tous. Plutôt que d’un « handi-bilan » qui serait absolument différent, il semble donc plus pertinent de parler d’un bilan de compétences « handi-compatible ».

Le bilan de compétences adapté à la personne handicapée doit pouvoir répondre à plusieurs objectifs généraux et spécifiques :

  • Analyser les compétences professionnelles et personnelles, les aptitudes et les motivations du travailleur
  • Identifier objectivement les limites et restrictions posées par le handicap
  • Analyser la place, actuelle ou à venir, du travailleur handicapé dans l’entreprise
  • Aider la personne handicapée à prendre conscience de ses capacités et à renforcer sa confiance en elle
  • Définir un projet professionnel réaliste au regard à la fois du marché du travail et des contraintes liées au handicap

Pour permettre la réalisation du bilan, le prestataire doit être en mesure d’accueillir la personne handicapée dans des conditions favorables. Cela passe d’abord par un ensemble de dispositions logistiques de base, comme l’accessibilité du cabinet aux personnes à mobilité réduite ou l’adaptation du calendrier des séances aux difficultés éventuelles rencontrées par la personne.

Le bilan de compétences du bénéficiaire handicapé doit aussi compter avec un certain nombre de dispositifs spécifiques au cours de sa mise en œuvre, par exemple :

  • Le repérage de contraintes physiques et/ou sensorielles
  • L’identification de procédés d’adaptation ou de compensation
  • Le recours à des partenaires spécialisés dans l’ergonomie
  • L’aide à l’identification des bons interlocuteurs et le développement de rencontres avec des acteurs de l’insertion (Maison Départementale des Personnes Handicapées, Cap Emploi, centres de formation spécialisés, etc.)
  • L’aide éventuelle à la rencontre d’autres travailleurs handicapés pour favoriser le partage d’expériences
  • La mise en situation professionnelle afin d’expérimenter les conditions physiques et psychologiques de travail

Centre de bilans de compétences tout public ou structure spécialisée ?

Puisque le bilan de compétences de la personne handicapée suppose un ensemble de dispositifs adaptés, le choix d’une structure spécialisée semble logique. C’est pourtant oublier que la raison première du bilan de compétences ne réside pas dans l’obtention d’un rendez-vous auprès d’une MDPH ou le suivi par un ergologue, mais d’abord dans l’état des lieux des compétences et l’accompagnement à l’élaboration d’un projet professionnel. Si un cabinet tout public est à même de s’adapter au handicap de la personne, y compris dans l’utilisation de ses outils (passer de l’écrit à l’oral par exemple, utiliser ou au contraire proscrire la vidéo, etc.), il peut même être mieux placé pour offrir une prestation de qualité au bénéficiaire handicapé.

Cela suppose cependant une vraie volonté de la part du prestataire et une capacité à mobiliser les ressources externes nécessaires. Pour chaque handicap existant (et il y en a beaucoup, d’où la difficulté de parler d’une spécialisation dans « le » handicap), il existe des associations spécialisées qui travaillent volontiers avec des centres de bilan de compétences tout public. La collaboration entre les deux types de structure offre souvent la réponse la plus adaptée.

En outre, nombreux sont les travailleurs handicapés qui préfèrent se tourner vers des structures classiques afin de ne pas se cantonner au milieu fermé des organismes spécialisés.

Le choix d’un centre de bilans de compétences tout public ou d’un organisme spécialisé est en définitive personnel et revient à la personne handicapée. Dans quel environnement se sent-elle le plus en confiance ? Quelle structure est à même de répondre au mieux à ses attentes et besoins ? Ce choix repose en définitive en grande partie sur le conseiller. Sa volonté d’accompagner le bénéficiaire handicapé, sa capacité à adapter son dispositif et à mobiliser les bonnes ressources seront déterminants.

Financer son bilan de compétences lorsque l’on est travailleur handicapé

La personne handicapée qui souhaite réaliser un bilan de compétences peut solliciter un financement auprès de l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (AGEFIPH).

La demande de subvention est à déposer auprès de l’antenne régionale de l’AGEFIPH dont dépend la personne handicapée (les modalités de la demande sont disponibles sur le site internet : https://www.agefiph.fr/) en prenant soin de joindre au dossier un justificatif du statut de personne handicapée. Elle est ouverte aux personnes en poste et en recherche d’emploi.

A noter que dans le cas du travailleur handicapé salarié, l’AGEFIPH peut aussi participer au financement du bilan de compétences directement auprès de son employeur, en complément de la prise en charge par le plan de formation de l’entreprise. L’AGEFIPH peut notamment prendre en charge le surcoût engendré par les éventuelles adaptations du dispositif au handicap du salarié.

Pour un salarié qui est reconnu travailleur handicapé (RQTH) à un moment de son parcours professionnel, voir notre article Bilan de compétences et reconversion professionnelle.

En résumé : Les spécificités du bilan de compétences du bénéficiaire handicapé

Le handicap doit être pris en compte dans le déroulement du bilan de compétences. Cabinet classique ou organisme spécialisé, le bon centre de bilans de compétences sera celui qui saura s’adapter aux besoins spécifiques de la personne handicapée et la mettre en relations avec les organismes partenaires compétents.

 

Bilan de compétences : Prenez du recul et donnez un nouvel élan à votre parcours professionnel
Bilan de compétences :
Prenez du recul et donnez un nouvel élan à votre parcours professionnel

0
Partages
Pinterest Google+

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *